Chef de groupe au Forum pour jeunes Canadiens

Par : Reg Amyotte, agent correctionnel II, Village de guérison Kwìkwèxwelhp

Chaque génération a ses leaders. J’ai eu l’occasion de rencontrer un grand nombre d’entre eux dans le cadre de ma participation au Forum pour jeunes Canadiens (FJC). Chaque année depuis 1975, cet organisme sans but lucratif établi à Ottawa réunit dans cette ville environ 350 étudiants canadiens âgés de 15 à 19 ans pour qu’ils puissent perfectionner des compétences en leadership et s’informer sur la démocratie parlementaire, l’engagement civique, le fonctionnement du gouvernement et la façon dont ils peuvent faire la différence. Des responsables du FJC choisissent les étudiants en raison de leur bon rendement scolaire, du leadership dont ils ont fait preuve ou sont susceptibles de faire preuve, de leur participation à des activités parascolaires et/ou communautaires, ainsi que de leur intérêt à l’égard du leadership ou des affaires courantes nationales.

 

Après avoir choisi les étudiants, ces responsables invitent des fonctionnaires de tous les ministères qui deviendront leurs chefs de groupe. Les fonctionnaires sont choisis selon leur expérience professionnelle et en matière de bénévolat, leur capacité à travailler avec des jeunes et des adultes, leur compréhension des objectifs du Forum, leur capacité à cohabiter avec les étudiants qui leur sont confiés pour la durée du Forum et l’endurance nécessaire dont ils doivent faire preuve afin de vivre une semaine exigeante. Si les fonctionnaires font un l’excellent travail à leur première participation, ils peuvent avoir la chance d’être réinvités.

 

J’occupe le poste d’agent correctionnel depuis plus de 25 ans dans la région du Pacifique. J’ai travaillé dans des établissements à sécurité maximale, moyenne et minimale; j’ai eu une carrière très diversifiée, et je suis reconnaissant des choses que j’ai apprises et réalisées pendant ces années. Je peux facilement me concentrer sur toutes les mauvaises choses que les agents correctionnels constatent ou vivent, mais la plupart d’entre eux vous diront qu’elles peuvent les rendre très amers. Il y a des années, j’ai eu la chance de rencontrer une personne remplie de bien plus de sagesse que moi qui m’a dit de ne pas laisser mon travail définir mon identité. J’ai suivi à la lettre ses paroles, et c’est pourquoi j’ai posé ma candidature au Forum de 2001. J’avais acquis une certaine expérience auprès des jeunes au milieu des années 1990 en tant que grand frère au sein de l’association Les Grands Frères du Canada, et celle‑ci s’était révélée très agréable. Pour cette raison, le FJC me convenait bien. Malheureusement, ma candidature a été refusée à ce moment. Ce n’est qu’en 2011 que j’ai été chef de groupe pour la première fois.

 

Je pourrais vous raconter nombre d’histoires au sujet des étudiants que j’ai rencontrés au fil des ans et que je n’ai pas perdus de vue jusqu’à ce jour. L’un de ces étudiants est Nicole Laplante (insérer la photo); sa première participation au Forum remonte à 2011, alors qu’elle était âgée de 15 ans. Quelques années plus tard, elle m’a dit qu’à l’époque, elle ne savait pas exactement quel emploi occuper après la fin de ses études. C’est la semaine qu’elle a passée au Forum qui l’a aidée à prendre sa décision. Depuis ce temps, elle est bénévole au Forum, ce qui est l’un des avantages réservés aux anciens du programme. Elle a même expliqué qu’elle souhaiterait plus tard occuper un emploi dans un organisme gouvernemental, car elle pourrait poser sa candidature à titre de chef de groupe.

 

Je crois que si les fonctionnaires sont choisis à titre de chefs de groupe, c’est pour montrer aux étudiants les nombreuses possibilités d’emplois de la fonction publique. Le Service correctionnel du Canada (SCC) ne fait pas exception à la règle. C’est le parcours professionnel que j’ai choisi il y a de cela bien des années et j’estime que je peux parler des nombreuses possibilités liées à mon emploi. Beaucoup de ces étudiants brillants prennent déjà part à des activités dans leur collectivité et s’intéressent activement à la politique locale, provinciale et même fédérale. Certains d’entre eux sont même devenus députés. C’est un sentiment incroyable que d’être en mesure d’impressionner un jeune et de l’encourager à devenir un leader. Une étudiante m’a déjà même dit que j’étais le père qu’elle n’avait jamais eu. Une telle confidence, faite après seulement une semaine passée avec ces étudiants, n’a pas de prix. Je recommande vivement ce programme à tous les parents d’enfants de niveau secondaire et à tous les employés du SCC. Si vous souhaitez obtenir des renseignements à ce sujet, veuillez consulter le site Web du programme à l’adresse www.forum.ca.

 

 

Entre Nous aimerait remercier Reg d’avoir soumis cet article aux fins de publication. Nous sommes fiers de vous compter parmi les employés du SCC et nous vous remercions de parler en bien des mesures que le SCC prend à l’égard de la prochaine génération de leaders. Votre article nous a inspirés et nous savons qu’il en inspirera également d’autres. Bon travail! 

Date de mise à jour :