Qu’est-ce qui rend les employés du SCC heureux au travail?

Reportages

Depuis 2013, l’Organisation des Nations Unies célèbre la Journée internationale du bonheur le 20 mars. Nous passons tellement de temps au boulot que c’est primordial de trouver le moyen d’y être heureux malgré les nombreux défis reliés à notre emploi. Pour souligner cette journée, nous avons demandé aux employés du Service correctionnel du Canada qu’est-ce qui les rend heureux au travail. Voici ce qui met du soleil dans la vie professionnelle des employés du SCC :


« Travailler tous les jours avec des collègues dynamiques et bienveillants. J’ai toujours été fermement convaincu que le bonheur en milieu professionnel ne repose pas sur le travail en soi, mais bien sur les gens avec lesquels on travaille. »
Louis-Philippe Gauthier
Agent administratif pour la sous-commissaire pour les femmes
Secteur des délinquantes, Administration centrale (AC)



« J’aime les exercices pour renforcer le travail d’équipe, mais ceux que je considère comme étant les meilleurs moments en équipe au travail sont : dîner avec des collègues, passer une heure à se parler les uns les autres (de nous et non pas du travail), à en apprendre davantage sur notre parcours, nos préférences et à partager nos joies, nos rêves, etc.; prendre un café avec des collègues et quitter mon poste de travail pendant 10 minutes pour prendre une petite pause. »
Kevin King
Analyste de base de données – Technicien AutoCAD
Direction des services techniques et des installations, AC



« Il m’est plus facile d’énumérer ce qui me frustre, me décourage, me fâche, me trouble et me déçoit du fait de travailler dans cette lourde machine bureaucratique. Cependant, je reste en raison des choses qui me rendent heureuse au travail.  

C’est le soutien et l’empathie mutuels dont font preuve mes collègues en cas de tragédie, de maladie ou de décès au sein de la famille d’un employé du SCC. Dans ces moments-là, nous nous unissons pour témoigner notre affection et notre empathie envers les personnes touchées. J’ai été témoin de ce genre de situation à maintes reprises.

C’est dans les très rares moments où un détenu m’approche pour me dire que l’aide que j’ai apportée, la suggestion que j’ai faite, l’aiguillage que j’ai facilité ou la personne avec laquelle je l’ai mis en contact a fait toute la différence dans sa vie et qu’il est sur la voie du bien-être (et, j’espère bien, de la réinsertion sociale). C’est lorsque je vois un ancien détenu interagir de façon positive dans la collectivité avec un ami, un conjoint, un enfant, un employeur – ou encore lorsqu’un ancien détenu me reconnaît et m’approche pour me dire comment sa vie se passe à l’extérieur.

Ce sont ces choses qui m’aident à ne pas oublier que nous travaillons pour un employeur qui croit fondamentalement que nous pouvons tous contribuer à changer l’esprit, le cœur et le parcours des délinquants. Parallèlement, nous contribuons à assurer la sécurité au sein des collectivités en interagissant de façon positive avec les détenus incarcérés et mis en liberté. Lorsque je m’arrête pour réfléchir à ce qui me rend heureuse dans mon travail, je comprends pourquoi je continue à travailler au sein de la famille du SCC, et ce n’est pas pour la bureaucratie. »
Dianne Carson
Infirmière autorisée à temps plein
Établissement Mountain, région du Pacifique



« Malgré les compressions, les changements constants, les pressions en matière de conformité et toute l’angoisse liée au stress que je vis dans le cadre de mon travail, mes collègues sont pour moi une source continuelle de bonheur! Je fais partie d’une équipe extraordinaire. J’ai confiance en ma famille professionnelle et je l’affectionne énormément; elle me soutient lors des journées difficiles. Nous rions, partageons nos inquiétudes profondes et unissons nos efforts, ce qui nous permet d’être forts et solidaires, et d’accomplir autant. Nous sommes bien plus qu’une équipe, nous sommes une famille. J’apprécie énormément chacun d’entre eux , et ils font quotidiennement partie de mes prières. Nous sommes vraiment privilégiés, et je suis reconnaissante tous les jours de travailler avec chacun de mes collègues. »
Jenna Pitt
Registraire et coordonnatrice de la formation
Centre d'apprentissage et de perfectionnement correctionnel, région du Pacifique



« Ce qui me rend heureuse au travail c’est de voir mes employés, en tant que superviseur, travailler avec un sourire et s’entraider au quotidien sans jugement quelconque les uns envers les autres, et ce, malgré un contexte de travail très difficile aux RH. Également, c’est d’avoir l’appui de ma haute gestion afin d’assurer le bien-être de mes employés dans leurs différentes tâches où effectivement les défis sont très nombreux. »
Annie Caissy
Chef d'équipe
Centre de services en RH / Classification, ressourcement et opérations, Région du Québec



« Le bonheur réside dans un groupe de collègues merveilleux. Dans mon milieu de travail, nous rions ensemble, nous nous aidons mutuellement et célébrons même les plus petites victoires. Mes collègues ensoleillent les journées les plus difficiles, et je suis vraiment reconnaissante de les avoir. »
Jill Bonnell
Agent de libération conditionnelle
Unité d’évaluation de Joyceville, région de l’Ontario



« Il y a tellement de choses qui me rendent heureuse au travail depuis plus de 12 ans maintenant. Une équipe extraordinaire, engagée et dévouée; des défis diversifiés; le sentiment du devoir accompli à l’atteinte d’objectifs; une organisation que je trouve de plus en plus humaine. Et ce ne sont que quelques exemples. Je me trouve chanceuse de pouvoir évoluer dans un milieu dynamique, de sortir de ma zone de confort au quotidien et de travailler sur des projets qui me tiennent à cœur. »
Annie Létourneau
Responsable des agents de libération conditionnelle
District Est-Ouest du Québec, Région du Québec



« Je suis très satisfaite que le SCC ait pris l’initiative de travailler sur l’intimidation et la violence au travail. Beaucoup de choses ont changé dans mon milieu de travail depuis ce virage, au niveau des collègues de travail et de l’ambiance générale. Ce n’est pas encore parfait, mais il y a une grande amélioration. Ces changements ont aussi donné des outils de travail à nos patrons pour qu’ils puissent faire face à ces situations qui pourrissent la vie au travail. »
Infirmière en service de santé mentale
Établissement de Cowansville, Région du Québec



« Le bonheur pour moi au travail réside dans le fait d’évoluer dans une unité saine où le climat de travail est positif et où on se sent libre de penser et d’agir sans jugement ou crainte de commentaires négatifs. Travailler dans une unité qui est dirigée par des superviseurs/gestionnaires sensibles, concernés par le bien-être de leurs employés et surtout qui sont en mesure de nous transmettre la confiance qu’ils ont à notre endroit, joue une énorme part de responsabilité dans le fait d’être heureux au travail, malgré la lourdeur du milieu dans lequel nous évoluons. J’ai également pris conscience de l’impact que je pouvais avoir dans mon bonheur au travail, en ayant une incidence directement sur mon milieu. De simples gestes, une implication dans le comité social de mon unité, le fait de me sentir concernée par le bien-être de mon milieu de travail, de mes collègues et la réaction positive de ceux-ci face aux activités organisées, contribue à mettre du soleil dans mes journées au quotidien. Bref, le bonheur part de soi et il appartient qu’à nous d’avoir l’impact que nous désirons avoir sur notre entourage. »
Catherine Tremblay
Agente de libération conditionnelle et agente de liaison Centre résidentiel communautaire Madeleine-Carmel
Région du Québec



« Ce qui me rend heureuse au travail? Le sourire des gens. Le sourire est contagieux ! »
Marie-Chantale Parent
Intervenante de première ligne
Établissement Joliette, Région du Québec



« Ce qui me rend heureux au travail est le fait qu’il ne me reste que quelques quarts de travail à faire pour un total de 30 années de service! Je prends officiellement ma retraite le 25 avril 2018. Voilà ce qui me rend le plus heureux. Je pense sincèrement que je pars avec le sentiment du devoir accompli. Pendant plus de 20 ans, j’ai occupé des postes au sein des groupes d’intervention et je suis intervenu directement dans 13 prises d’otages, la plupart à Port-Cartier entre 1988 et 1992. Je pense que j’ai fait plus que ma part. Je quitte vraiment avec l’esprit en paix. »
Bernard Desrosiers
Gestionnaire correctionnel
Établissement de Cowansville, région du Québec



« En tant que responsable de la comptabilisation du temps ici à l’Établissement de Joyceville, je suis très heureuse d’aider les nouveaux employés occasionnels à obtenir leur paye, car Phénix est un système complexe pour eux. Je suis toujours heureuse de venir au travail, car je me sens appréciée. »
Jacynthe Héroux
Adjointe du Directeur adjoint, services de gestion
Unité à sécurité moyenne de l’Établissement de Joyceville, région de l’Ontario



« Cet emploi me rend heureuse en raison de la dynamique positive et d’entraide au sein de l’équipe. Il s’agit d’un excellent environnement d’apprentissage, particulièrement pour quelqu’un qui n’a pas beaucoup d’expérience. Nous nous soutenons mutuellement! J’ai vraiment l’impression de faire partie d’une équipe! »
Erica Principe
Agente subalterne des communications
Communications et engagement, Administration centrale



« Lorsque je vois une personne danser parce qu’elle est contente, ce qui est arrivé peut-être quatre fois en cinq ans, et lorsque j’entends quelqu’un rire. Et aussi lorsque je vois des gens poser des gestes de bonté spontanés pour des personnes dans le besoin. »
Charmaine Soosay
Adjointe administrative du sous-directrice et gestionnaire des opérations
Centre Pê Sâkâstêw



« Converser avec mon directeur et me sentir apprécié et écouté. »
Larry Tyrrell
Gérant, Répartition de production
CORCAN, région de l’Ontario



« J’ai 18 ans d’expérience au SCC et j’ai toujours travaillé dans un établissement à sécurité maximum. Depuis 7 mois, je travaille en communauté au Centre correctionnel communautaire Marcel-Caron comme agent de programmes correctionnel. Je constate de plus en plus que ma vie a changé avec mon nouveau poste pour plusieurs raisons : J’ai une excellente relation avec ma gestionnaire et mes collègues. Cette relation est basée sur le respect et la confiance. Cette relation privilégiée avec mes supérieurs me permet d’avoir une autonomie et une qualité de vie exceptionnelle au travail. Je considère cette autonomie comme une source de valorisation et d’estime au travail et dans ma vie. Ce bonheur dans mon travail me permet de performer, de me forcer à innover et à m’impliquer dans plusieurs projets malgré les défis de mon emploi. »
Mohamed Ait Lahcen, LL.B, LL.L, M.Ed.
Agent de programmes correctionnels
District Est-Ouest, Région du Québec



« Nous venons de tenir une cérémonie de remise de diplômes pour nos délinquants qui ont terminé leurs études secondaires ou une formation équivalente à la 12e année. Le fait de voir l’expression de fierté sur leurs visages me rend « heureuse au travail » et me rappelle pourquoi nous faisons ce métier. Grâce à leur persévérance et à leur travail acharné (enseignants et étudiants), ils ont franchi une étape importante en vue de faire un changement positif dans leur vie. »
Jo-Anne Baird
Enseignante en milieu correctionnel
Établissement de Drumheller, région des Prairies



« Le travail d’équipe, la collaboration, les relations interpersonnelles positives, la productivité, l’imagination constructive, l’innovation ainsi que l’atteinte d’objectifs personnels et collectifs. »
Meredy Mielke
Sous-directrice intérimaire
Établissement de Drumheller, région des Prairies



« Lorsque l’aide que j’apporte à l’un de mes pairs en temps difficiles a des effets réels (GSIC/PAE). Lorsque j’ai l’impression que notre travail en tant qu’ALCE ou dans le cadre du programme de GSIC ou du PAE a une véritable importance et qu’il est apprécié et reconnu. Lorsque nous menons à bien un projet multidisciplinaire en collaboration avec d’autres personnes aux vues similaires en vue d’atteindre un objectif commun. »
John Bredin
Gestionnaire régional intérimaire, gestion du stress provoqué par un incident critique
(GSIC)/Programme d’aide aux employés (PAE)
Formateur régional en GSIC
Établissement de Beaver Creek (sécurité moyenne), région de l’Ontario



« Qu’est-ce qui me rend heureux? Les gens avec qui je travaille, particulièrement une de ces personnes. Il est toujours présent au travail et il est le premier à prêter main-forte et à dire bonjour. La porte de son bureau est toujours ouverte si l’on a besoin de parler. Il est toujours souriant et est plein d’énergie positive. Il m’encourage et encourage les autres à demeurer positifs et à adopter une approche plus inclusive. »
Gestionnaire correctionnel
Établissement de Drumheller, région des Prairies



« Être heureux au travail est quelque chose qu’il faut savoir apprécier et en être reconnaissant. Mon bonheur commence avec ma propre attitude et me suit de jour en jour parce que je suis privilégiée d’avoir les deux meilleurs patrons du monde, ainsi qu’un collègue formidable. Je suis heureuse de passer chaque journée dans un environnement de travail positif et productif »
Marsha Bredeson
Adjointe administrative au Directeur adjoint, Opérations
Établissement de Bowden, région des Prairies



« Faire partie d’une équipe qui soutient, écoute, rit et qui prend le temps de respirer tout en travaillant fort chaque jour, voilà ce qui me rend heureuse! »
Michele Kowbel
Chef régionale d'administration et gestion de l'information
Administration régionale, région des Prairies



Je me sens heureuse quand un détenu en liberté conditionnelle, que j’ai aidé, respecte les sept enseignements ancestraux, et qu’il choisit de donner un virage positif à sa vie; ce qui le mène à une vie heureuse pour lui-même et sa précieuse famille! »
Karen Schofield
Agente de liaison autochtone avec la collectivité
Bureau de libération conditionnelle de Saskatoon, région des Prairies



« Je suis une personne heureuse de nature, et je suis reconnaissant de vivre dans ce pays appelé Canada, où nous sommes libres de célébrer nos différences et nos ressemblances en tant que peuple. Ça me rend si heureux. »
Philip Ignacio
Chef de l’entretien des installations
Établissement d'Edmonton pour femmes, région des Prairies

Date de mise à jour :

Commentaires

Poulingp

Happiness in CSC is to have been able to observed since 1988 our organisation progression and improvement in so many fields. Of course sometime disturbing and creating a challenge for adaptation and adjustment. Its having experienced in other Countries how we are respected, looked upon and taken as a role model. And overall, its working with a diverse group of colleagues on a daily basis and discovering what engagement and respect is all about. Be proud, Be aware of your surrounding and overall be safe !

I have been working in 8 different Institutions in 3 different Provinces. Lots of culture and ways to see life.

Guy Paul Poulin
Correctional Manager Atlantic Institution 23100
New Brunswick Region