Des employées du SCC à Las Vegas

Quand Karine Jetté-Contant et Sonia Cloutier, toutes deux agentes correctionnelles à l’Établissement de La Macaza au Québec, sont allées à Las Vegas dans le cadre d’un « road trip », elles ne s’attendaient pas à se retrouver au beau milieu de la plus importante fusillade de l’histoire des États-Unis. Malheureusement, c’est ce qui est arrivé.

 

« On était en train de passer du bon temps à visiter la côte ouest entre amies », dit Karine. « On était à la dernière étape de notre voyage, à Las Vegas, quand c’est arrivé. »

 

Le soir du 1er octobre, Karine et Sonia assistaient à un match de hockey des Golden Knights, dans un aréna proche du concert où plus de cinquante personnes ont perdu la vie ce soir-là. Pendant le match, Karine et Sonia ont vu sur le grand écran une adorable  photo d’un couple dans la foule qui passait un bon moment au match. Malheureusement, le lendemain matin, elles ont vu cette même photo aux nouvelles, avec l’annonce que l’homme avait été atteint par balle et était décédé cette nuit-là, alors qu’il protégeait sa petite amie.

 

En marchant pour retourner à leur hôtel après le match et après avoir soupé, Karine et Sonia ont été surprises d’entendre les sirènes et de voir autant de policiers dans le secteur. Elles ignoraient ce qui s’était passé et ont présumé qu’un grave accident s’était produit. Elles sont retournées à leur hôtel et se sont couchées.

 

« Je me rappelle avoir dit à Karine : Wow, il y a beaucoup de policiers ici! », dit Sonia. « Mais nous n’avions aucune idée de ce qui s’était passé. »

 

Le lendemain matin, lorsqu’elles se sont réveillées, Karine et Sonia avaient reçu des messages et des textos de leurs proches qui s’inquiétaient et voulaient savoir si elles allaient bien. C’est alors que les filles ont allumé la télévision et vu pourquoi il y avait tant de sirènes et de policiers dans le secteur la veille. Elles ont également vu que les responsables locaux de la santé sollicitaient des dons de sang pour venir en aide aux personnes qui avaient été blessées lors de la fusillade. Fidèles à elles-mêmes en tant que premières intervenantes, elles voulaient aider.

 

« C’est dans notre nature, dit Karine. Nous voulons aider. C’est la même chose lorsqu’il y a un accident sur la route, nous nous arrêtons toujours. C’est ce que nous faisons. Nous aidons les gens. »

« Nous devions prendre l’avion ce soir-là, mais nous avons pensé que si nous partions assez tôt, nous pourrions aller donner du sang », dit Sonia.

 

Karine et Sonia ont fait leurs valises et sont parties donner du sang. Quand elles sont arrivées sur place, elles ont constaté qu’il y avait une attente de 10 heures pour le faire. Elles savaient qu’elles rateraient leur vol si elles attendaient aussi longtemps. Elles ont donc gentiment demandé à un militaire sur place si elles pouvaient passer devant d’autres personnes pour pouvoir donner du sang avant de partir, ce qu’il accepté avec joie.

 

« Ils étaient vraiment contents de voir des Canadiennes venir aider », dit Sonia. « Leur système ne nous reconnaissait pas, alors ils ont créé une adresse à Las Vegas pour nous, afin que nous puissions donner du sang. Ils étaient très reconnaissants de notre aide. »

 

Alors que l’Amérique vivait l’un de ses pires moments, Karine et Sonia ont été témoins des plus beaux gestes posés par des personnes venues aider. Des personnes qui ont utilisé leur propre argent pour acheter de la nourriture pour ceux et celles qui faisaient la file, aux milliers de personnes qui se sont présentées pour donner du sang, en passant par les bénévoles qui ont travaillé debout pendant des heures à une température de 40 degrés, elles ont vu ce dont l’humanité était capable dans les pires moments.

 

Nous sommes fiers de compter Karine et Sonia parmi nos employés. Bravo aux deux. 

Date de mise à jour :

Commentaires

leclercsm

Great story and koodos to these CSC employees who took the time to help the ones in need. We are proud of you !

LKrause

We in front of the Luxor Hotel, right next to the Mandalay Bay, and had to take cover when the shots started. We ended up sequestered into banquet rooms all night unable to leave the hot zone for 5 hours. We were then allowed to walk out well over a mile to get to the closest place that they were letting taxis pick up. All along the walk we saw blood and dirt covered concert goers trying to get back to their rooms, or catch their flights out. The empty looks on the faces of the walking mentally wounded was a haunting sight that cannot be forgotten. But we saw a lot of heroes as well, for whom the simple acts of consideration and kindness will never be rewarded, but always be remembered.

BALAJI

GREAT GESTURE BY THE KARINE AND SONIA.HATS OFF TO YOU GUYS.I FEEL INSPIRED BY YOU.