Dix faits importants que vous ne connaissez pas au sujet des femmes dans les services correctionnels

1. Les dossiers du SCC indiquent que Mme Jean Roy a été la première femme à travailler à l’administration centrale. Elle a été embauchée comme comptable au Service canadien des pénitenciers dans les années 1920. Elle a remis sa démission en 1931 pour s’installer en Angleterre et se marier. Le travail de Jean était grandement respecté et apprécié. 

 

2. La première femme à être employée dans un pénitencier canadien a été Mme  Ann Elmhirst. Elle a été la première surveillante au « Pénitencier provincial du Haut-Canada » (c.‑à‑d. le Pénitencier de Kingston). Son embauche remonte au 30 septembre 1835.


3. Susan Turner, Hannah Downes et Hannah Baglen ont été les trois premières femmes à être incarcérées au Pénitencier de Kingston en 1835 (presque cent ans avant l’ouverture de la Prison des femmes de l’autre côté de la rue). Elles purgeaient toutes une peine de un à deux ans pour larcin (source : SCC).

 

4. La première formation officielle destinée aux agentes correctionnelles a été donnée en novembre 1960. Les membres du personnel qui y assistaient étaient des « surveillantes » à la Prison des femmes de Kingston (source : Entre Nous Express).


5. Les huit premières agentes correctionnelles qui ont travaillé dans un établissement pour hommes au Canada ont été déployées au Centre psychiatrique régional de la région des Prairies. Elles ont suivi une formation au Collège du personnel à Edmonton et ont obtenu leur diplôme en mai 1978 (source : Musée pénitentiaire du Canada).

 

6. Lorsque les premières agentes correctionnelles ont commencé à travailler dans des établissements pour hommes, ce n’était pas toujours les détenus qui posaient problème. En fait, le problème venait surtout de leurs collègues masculins. Lire les histoires d'Elizabeth et de Marg.

 

7. Le rapport de 1990 intitulé La création de choix a établi une nouvelle philosophie correctionnelle pour le traitement des délinquantes. Ses principes continuent de sous‑tendre un certain nombre de progrès réalisés dans le domaine des services correctionnels fédéraux pour délinquantes.

 

8. Le Programme mère-enfant a été mis en œuvre dans les établissements pour femmes en 1997. Il est offert dans les cinq établissements pour femmes du Canada, de même qu’au Pavillon de ressourcement Okimaw Ohci pour femmes autochtones.

 

9. Meachel Chad est la première commandante régionale de la garde d’honneur du SCC. Elle travaille à l’Établissement de la vallée du Fraser et est à l’emploi du SCC depuis 2002 (source : Entre Nous Express).
 

10. Il y a 21 ans, seulement 26 % des membres du personnel de première ligne du SCC étaient des femmes. Aujourd’hui, les femmes comptent pour 39 % de ce groupe (source : Secteur de la gestion des ressources humaines, SCC).
 

Date de mise à jour :