Le Musée pénitentiaire du Canada vers une autre année record

Reportages

Le Musée du Service correctionnel du Canada (aussi appelé le Musée pénitentiaire du Canada) a rouvert ses portes pour la saison et a déjà enregistré un record.

Le conservateur du musée, Dave St. Onge, indique qu’au cours de la première semaine depuis le 1er mai, il y a eu 1 532 visiteurs, ce qui représente une augmentation de 14 % par rapport à la même période l’an dernier.

« Le premier jour, nous avons accueilli 47 visiteurs, notamment des Pays-Bas, de la République dominicaine, de la Roumanie et du Danemark. C’est agréable de constater que nous jouissons d’une reconnaissance internationale. »

Dave et son équipe se sont affairés à préparer l’accueil de milliers de visiteurs au musée, qui expose des artéfacts de partout au Canada illustrant la longue histoire des services correctionnels fédéraux.

« Nous nous sommes affairés pendant l’hiver à apporter des changements aux expositions. L’an dernier, nous avons accueilli plus de 70 300 visiteurs, et nous nous attendons à atteindre au moins ce chiffre en 2018. »

Le musée est situé dans l’ancienne résidence du directeur du Pénitencier de Kingston, laquelle a été construite en 1873 au moyen de main-d’œuvre carcérale.

Les visiteurs peuvent voir les expositions à leur propre rythme et poser des questions aux employés et aux bénévoles – dont bon nombre de retraités du SCC et de la Commission nationale des libérations conditionnelles.

« Sans nos bénévoles, l’expérience ne serait pas la même pour les invités, qui nous disent constamment à quel point ils ont aimé entendre les récits des bénévoles », affirme Dave, qui ajoute que le musée s’est invariablement classé parmi les principaux attraits touristiques de la région de Kingston, en Ontario, sur le populaire site Web, TripAdvisor.

Lorsqu’il est interrogé sur l’artéfact le plus intéressant dans le musée, Dave répond que de nombreux invités sont intrigués par l’exposition des plateaux-repas ayant servi dans le cadre du projet d’évasion d’un détenu à l’Établissement de Millhaven en 1980. 

Les invités peuvent se renseigner davantage sur cet incident dans une salle qui porte sur la contrebande, ou les articles non autorisés ou permis dans une prison, et certaines inventions ingénieuses des détenus au fil des ans.

Une autre salle populaire contient des reproductions grandeur nature d’une cellule du début du XIXe siècle et d’une cellule moderne, explique Dave.

« L’un de nos objectifs, en plus de préserver l’histoire, est de montrer l’évolution des services correctionnels au fil des décennies. Un bel exemple est la salle renfermant des dispositifs utilisés pour punir les détenus avant les années 1960, soit avant l’évolution du fondement général de l’incarcération – de la punition à la réadaptation. C’est une excellente façon de remplir notre mandat qui consiste à sensibiliser le public aux services correctionnels fédéraux. »

Le nombre de visites et l’intérêt envers le musée n’ont cessé d’augmenter année après année. La montée en flèche récente de la popularité s’explique en grande partie par les visites du Pénitencier de Kingston (PK), maintenant fermé, qui sont organisées par la Commission des parcs du Saint-Laurent (en tant qu’attraction touristique distincte du musée).

Le meilleur dans tout ça? Cinquante pour cent des recettes des visites du PK sont versées à l’organisme local de Centraide. En collaboration avec le partenaire du musée, le groupe des Amis du Musée pénitentiaire, des expositions ont été ajoutées dans le PK, ce qui améliore l’expérience des visiteurs au pénitencier.

Le musée est ouvert tous les jours du 1er mai au 31 octobre et il est situé à Kingston, en Ontario.

Date de mise à jour :

Commentaires

Harrisjl

That's fantastic! Dave and the volunteers do an outstanding job with the Museum. It's no wonder they are seeing record numbers. So glad they have continued to offer the tours of K.P. People will always be curious about this place - might as well turn it into a positive by raising funds for charity.