Célébration des 40 ans des équipes d’intervention d’urgence au SCC

Cette année marque le 40e anniversaire des équipes d’intervention d’urgence (EIU) au SCC. Lorsque des troubles et des émeutes risquent d’entraîner de graves blessures à des employés et que le recours à la négociation ne convient pas ou a permis de déterminer qu’il s’agissait d’une situation à risque élevé, il est possible d’avoir recours aux services d’une EIU très bien formée et disciplinée pour mettre un terme à la situation.
 

Pendant les années 1970, le Service canadien des pénitenciers (l’ancien nom du SCC) a enregistré une augmentation marquée du nombre d’incidents violents et des prises d’otages dans des établissements. Pour réagir à cette crise, la Chambre des communes a constitué un Comité permanent de la justice et des questions juridiques et l’a chargé de mener une étude du système pénitentiaire du Canada. Le Sous-comité parlementaire sur le régime d'institutions pénitentiaires au Canada, présidé par Mark MacGuigan, a admis que les prises d’otages étaient « …un phénomène comparativement nouveau » dans le milieu carcéral. Le premier programme d’EIU du Canada été établi en 1977. Deux cours pilotes ont été donnés aux équipes d’intervention d’urgence régionales. Les cours portaient principalement sur une approche tactique des armes à feu, et l’on faisait appel aux équipes lors de prises d’otages ou lorsque des armes à feu étaient nécessaires.
 

Après un examen mené en 1979, le programme de formation des équipes d’intervention d’urgence régionales a été interrompu en faveur d’une approche plus globale. Le programme de formation des EIU a été développé davantage et amélioré, afin qu’elles puissent venir à bout d’extractions des cellules, de perturbations et d’émeutes dans les rangées; en outre, un programme plus approfondi sur l’utilisation du contrôle physique, d’agents chimiques, de boucliers et de bâtons a été mis au point. Des EIU ont été mises en place dans chaque établissement à sécurité maximale et moyenne.


À partir de la première approche tactique des armes à feu des EIU à la fin des années 1970, le SCC a traversé les années 1980 en mettant l’accent sur une approche non létale. Plus de 90 % des situations dans lesquelles les EIU sont intervenues n’exigeaient pas l’utilisation d’armes à feu, car les équipes ont mis en pratique les compétences en utilisation du contrôle physique, d’agents chimiques, de boucliers et de bâtons qu’elles avaient acquises pour rétablir l’ordre et le contrôle de leurs établissements.
 

Cependant, une autre augmentation imprévue des prises d’otage au début des années 1990 a débouché sur un autre examen du programme tactique et du programme de formation des négociateurs en cas de prise d’otages. Il s’en est suivi l’élaboration d’un nouveau programme actualisé de formation des négociateurs en situation d’urgence et d’un programme tactique concentré.
 

En 2012, sous la gouverne de la Direction de l’apprentissage et du perfectionnement et en collaboration avec la Direction de la sécurité, un examen de la formation des EIU a été entrepris, et en 2014, une formation revue et élargie des EIU a été mise en œuvre.
 

De nos jours, les EIU continuent de fournir un service nécessaire en intervenant dans des extractions des cellules, des perturbations dans les rangées, des émeutes et des prises d’otages, et en faisant en sorte, en fin du compte, que le personnel et les délinquants de nos établissements subissent le moins de blessures possible. 

Date de mise à jour :