Comment l’uniforme des agents correctionnels a changé au fil de l’histoire du Canada

Que représente un uniforme?

Pour les agents dans la collectivité comme les policiers, les pompiers et les ambulanciers, l’uniforme n’est pas un vêtement conçu à la légère; il s’agit d’un élément d’identification ayant une finalité sociale et permettant aux citoyens de les reconnaître facilement. Il permet, par exemple, d’indiquer aux gens de dégager la voie pour permettre aux ambulanciers de faire leur travail en cas d’urgence médicale ou de donner une impression de réconfort et de sécurité lorsque des policiers sont présents à un événement public. Le concept d’identification visuelle s’applique également aux agents correctionnels, qui se sont engagés à défendre les principes de sécurité publique.

Le système pénitentiaire canadien existe depuis 1835, mais la première référence à un uniforme pour les agents pénitentiaires date d’environ 1860. Cela signifie donc que l’uniforme des agents correctionnels existe depuis 184 ans. Cet uniforme a été modifié plusieurs fois au fil des décennies, mais, curieusement, ce n’est qu’en 1890 qu’il a été uniformisé. Avant cela, il y avait plusieurs variantes selon les régions, jusqu’à ce que le directeur du Pénitencier du Manitoba, Samuel Lawrence Bedson, ait entrepris de concevoir un nouvel uniforme, qui est devenu la norme à l’échelle du Canada.

L’histoire de cet uniforme a grandement été influencée par le développement et l’amélioration de l’approche fédérale en matière de services correctionnels. Avant les années 1960, de nombreux agents étaient d’anciens combattants à la retraite; le système correctionnel était alors principalement disciplinaire, jusqu’à ce que l’approche préconisée soit davantage axée sur la réhabilitation. C’est pourquoi les premiers uniformes avaient un style principalement militaire.

1880s b&w1930s

Dave St-Onge, curateur du Musée pénitentiaire à Kingston, en Ontario, précise qu’en 1961-1962, l’ensemble du service correctionnel a subi une réorganisation qui a entraîné le regroupement des mesures de détention et de formation. On a alors estimé que la démilitarisation améliorerait l’objectif de réinsertion sociale des détenus à titre de citoyens respectueux des lois. Ce changement est particulièrement évident dans l’apparence finale de l’uniforme.

1963