Le Projet Ephesus : Bénévoles offrant un enseignement postsecondaire dans les établissements du Service correctionnel Canada

Reportages

Le Projet Ephesus est une initiative bénévole qui finance, organise et présente des cours de niveau postsecondaire aux apprenants incarcérés dans les établissements du Service correctionnel du Canada (SCC). Le Projet, qui tire son nom de la grande bibliothèque de la ville antique d’Éphèse, centre de culture et d’apprentissage de l’Empire romain, vise à apporter la sagesse et la culture aux personnes incarcérées.

Ce qui n’était au départ qu’un petit groupe de professeurs d’une seule université dispensant un enseignement à un détenu s’est peu à peu étendu à un groupe dispensant un enseignement postsecondaire en physique, mathématiques, anglais, histoire, philosophie et théologie dans plusieurs universités situées à Edmonton, dont l’Université King’s, l’Université MacEwan, l’Université d’Athabasca et l’Université de l’Alberta.

Bien que le SCC facilite les possibilités d’études postsecondaires pour les détenus afin qu’ils puissent apprendre un métier, une profession ou améliorer leurs qualifications professionnelles par correspondance avec des collèges communautaires ou des universités, le détenu doit généralement assumer le coût de ses propres études postsecondaires. Le Projet Ephesus est une solution gratuite pour les détenus. Le programme de base se déroule en personne à l’Établissement d’Edmonton, une prison à sécurité maximale pour hommes, et lorsque les détenus sont transférés dans un établissement à sécurité moyenne, les professeurs continuent à soutenir les étudiants par l’entremise de cours par correspondance.

La directrice exécutive du Projet Ephesus, Arlette Zinck, Ph. D., ne se contente pas de donner des cours individuels en personne, elle invite également d’autres universitaires à participer au projet, les forme et travaille avec le coordonnateur des bénévoles de l’Établissement d’Edmonton pour les inscrire au SCC. Mme Zinck les jumelle avec un apprenant intéressé par les cours proposés par le professeur.

Les professeurs bénévoles qui font partie du Projet Ephesus collaborent avec les éducateurs du SCC pour organiser des cours en personne et un tutorat par correspondance ou par téléphone. Ils travaillent également avec les universités participantes pour s’assurer que les apprenants reçoivent des crédits pour leur travail et ils invitent d’autres groupes de bénévoles à enrichir leur programme par un engagement communautaire.

Mme Zinck a été mise en candidature en 2019 pour le prix Taylor du SCC, qui récompense les bénévoles exceptionnels du SCC, pour sa contribution aux détenus et au partenariat avec le SCC. Elle continue à offrir son temps et son expertise. Dans ses propres mots :

« Une formation postsecondaire générale peut être une porte d’entrée vers l’appartenance. En étudiant les arts libéraux, nous ne nous formons pas seulement pour un emploi, bien que l’étude nous facilite l’accès à l’emploi, mais nous apprenons à penser, à découvrir qui nous sommes et qui nous pouvons être. Nous apprenons comment fonctionne la société civile et nous imaginons comment nous pourrions y trouver une place. Je suis bénévole parce que j’aime travailler avec des apprenants capables et motivés. J’ai découvert que nos prisons sont pleines d’apprenants capables et motivés. » - Arlette Zinck, Ph. D., Projet Ephesus

Les recherches menées au Canada montrent que le fait d’aider les personnes en détention à obtenir une éducation peut contribuer directement à la réussite de leur réinsertion sociale. L’éducation postsecondaire peut également réduire la récidive et créer de meilleures possibilités d’emploi après la libération.

Bien que la pandémie de COVID-19 ait eu des répercussions sur presque tous les domaines de la vie, y compris l’éducation au sein des établissements du SCC, les bénévoles du Projet Ephesus ont travaillé avec les universités pour adapter les programmes afin qu’ils continuent d’être accessibles aux détenus, par exemple en lançant des séances vidéo et en augmentant le nombre de cours qui peuvent être offerts par correspondance.

Le SCC a la chance de travailler avec le Projet Ephesus et d’autres organisations qui soutiennent l’éducation postsecondaire des détenus dont il a la charge, comme Walls to Bridges, un partenariat entre l’Établissement pour femmes Grand Valley et l’Université Wilfrid-Laurier. Pour en savoir plus, cliquez ici :

La valeur de l’éducation va au-delà de la matière enseignée. Elle offre aux détenus la possibilité d’approfondir leur développement personnel et continue à soutenir les relations qui ont été établies, en les amenant à sortir des murs et à s’intégrer dans les collectivités.

Date de mise à jour :