Prix décerné à un projet d’histoire sur les pénitenciers

Un projet d’histoire orale documentant les liens entre la ville de Kingston et les établissements correctionnels de la région s’est mérité le Prix du lieutenant-gouverneur pour les réalisations en matière de conservation du patrimoine ontarien pour son excellence en conservation. 

Le projet d’une durée de 12 mois, intitulé Dans nos propres mots : Les liens entre le patrimoine de Kingston et ses pénitenciers et mis sur pied par le groupe des Amis du Musée pénitentiaire, visait à capturer les liens sociaux, culturels, politiques et économiques historiques et contemporains entre la ville et ses pénitenciers.

Le prix visait à reconnaître les contributions exemplaires du projet à la conservation du patrimoine.

La coordonnatrice du projet, Bronwyn Jaques, avec l’aide de bénévoles, a effectué des entrevues auprès de plus de 50 employés actuels et anciens du Service correctionnel du Canada, membres de la collectivité, employés d’entreprises locales et anciens détenus afin de conserver leurs souvenirs pour les générations futures. 

Selon Dave St. Onge, curateur du Musée pénitentiaire du Canada et membre du groupe des Amis, les projets d’histoire orale comme celui-ci sont un outil important pour les historiens. Les gens nous quittent et emportent avec eux leurs histoires personnelles, leurs souvenirs et leurs réflexions sur les liens entre les établissements du SCC et la collectivité dans son ensemble.  

« Le prix permet de souligner l’excellent travail du groupe qui a réalisé ce projet », a ajouté M. St. Onge.

Les enregistrements des récits oraux, ainsi que les documents connexes, sont maintenant catalogués et archivés numériquement et physiquement au Musée pénitentiaire du Canada aux fins d’utilisation par de futurs chercheurs.

On entamera bientôt des discussions sur la façon de regrouper l’information en vue de la rendre davantage accessible, peut-être sous la forme d’un livre.

Date de mise à jour :

Commentaires

Jmnewhouse

I would love to be able to view this documentary just on my lunch break, while at work.